posté

25 mars 2009

Compte rendu des consultes 25 mars 2009

 

Hello tout le monde !

Merci encore de passer ici et de prendre du temps pour lire mes articles. Pour le moment je viens surtout donner des nouvelles, mais bientot je reprendrais mes écrits sur la maladie en elle-même.

Lors de ma première consult avec l'hémato, tout a été très positif. Pour une fois elle a été sympa avec moi. Je pense que cela vient du fait qu'elle soit arrivée à me guérir donc de fait, elle se sent fière et me traite un peu mieux que pendant la maladie ! ! ! Je suis tranquille côté scanner jusqu'à septembre. Je peux me faire enlever mon PAC quand je veux mais je préfère attendre septembre pour être sûre... Uhm... Un peu parano voyez vous... Bien que j'ai au fond de moi cette petite voix qui me dit qu'il n'y aura pas de rechute.

Deuxième consult avec la radiothérapeute : elle m'a confirmé que mon signe de Lhermitte venait des rayons et que ça allait disparaitre dans le temps. Bon pour le moment je le sens encore présent, moins certes... enfin ca dépend des moments. Dans tous les cas j'ai moins de paresthésies, et ma tendinite est passée. Donc je peux à nouveau jouer du piano sans avoir à m'arrêter au bout de deux pages...
Autrement pour le moment pas de problème de thyrroide... à voir dans les temps. Prochaine prise de sang dans trois mois je crois...



Côté nouvelles... un moral un peu en chute libre malgré tout. Une rupture qui fait mal. Trop mal. J'avais pas besoin de ça en ce moment. Et d'un autre côté des portes s'ouvrent avec pleins d'opportunités. Un nouveau projet musical (electro), les miens qui avancent. Mais une envie d'exil, de partir d'ici... de quitter les miens pour un temps.

Vous savez cette envie de ne plus appartenir à vos racines. J'ai comme cette impression de n'être plus d'ici. De n'appartenir à rien ni à personne. Juste envie de vide, d'être loin, de voir autre chose et m'abandonner. Ou plutot me rendre utile ailleurs car ici... je suis un peu comme prisonnière, et peut être même prisonnière de mes propres barrières, qui sait. Je pense que je n'ai que ce choix de bousculer les choses, de donner un grand coup de pied et de me casser vulgairement. Parce que j'ai ce besoin d'air et de reconstruire.

Après avoir vécu cette maladie, j'ai fermé pas mal de portes avec certaines personnes et certaines choses... Comme si je ne savais plus quoi leur dire, quoi partager, et je n'ai pas envie de revenir vers eux. Je me suis mise dans cette sorte de solitude et aujourd'hui n'étant plus en couple, je le vis mal. Je pensais avoir trouvé la personne pour construire ma vie, mais voici que le destin en a choisi autrement. Et c'est ainsi. Alors au lieu de me morfondre, je décide de renverser les choses, de tout fouttre en l'air au lieu de me fouttre en l'air comme certains font dans des cas de déprime aigue... et de vivre la vie à 200% sans peur du lendemain, en prenant peut être des risques mais cela vaut le coup. Après tout le poison ne nous tue plus aujourd'hui ? (référence à la chimio)... Alors autant boire ce vitriole jusqu'à la lie pour devenir plus fort... et grandir.

En fait je suis comme ces gens assoiffés de sports extrêmes mais avec la vie...

Une addict de la vie... Et comme je sais qu'elle finira par me tuer, je préfère vivre chaque jour comme si je devais mourir le lendemain...

Carpe Diem !

xXx

 

Posté par killhodgkin à 01:32 - L'Auteur du Blog - Commentaires [1] - Permalien [#]




Commentaires

    Ma flo
    que je comprends ce que tu ressens en ce moment. Même si je n'ai pas encore la chance d'être en rémission complète et que mon combat contre Hodgkin se complique, j'ai la même sensation que toi. je dirais même plus, plus la maladie résiste et plus ma vie d'avant s'éloigne... Je n'ai pas vraiment changé au fond de moi et pourtant je me sens tellement différente. cette lutte contre la mort et pour la vie donne l'envie de vivre à 1000% et de profiter de chaque instant et ne pas être en mesure de le faire en ce moment(à cause du traitement mais aussi de la région dans laquelle j'habite qui ne me convient pas) me ronge. J'ai l'impression qu'il faut que je rattrape le temps perdu à ne pas avoir vraiment vécu avant mais d'avoir survécu par habitude... Tout devient urgent et la vie commencera véritablement dès ma rémission comme une deuxième naissance... On ne sait jamais quand elle se terminera mais on n'a pas le droit de ne pas vivre quand on est "là" et bien vivant...
    Et comme tu le dis et le vis un certain Quentin que tu connais bien
    CARPE DIEM

    Posté par Chirouna, 27 mars 2009 à 20:07

Poster un commentaire